La technologie japonaise à faible émission de carbone illumine le Kenya

Le Japon est sur une voie innovante vers la neutralité carbone et il promeut également les technologies à faible émission de carbone dans les pays en développement où la réduction des émissions de gaz à effet de serre est souvent difficile à se permettre. Au Kenya, par exemple, elle utilise sa technologie et ses ressources pour réduire les émissions tout en aidant les populations locales et l’industrie.

La production de sel plus vert du Kenya
Dans les étangs salés de Krystalline au Kenya, 250 000 tonnes de sel sont récoltées chaque année. L’entreprise est l’un des principaux producteurs d’Afrique de l’Est et grâce à la coopération japonaise, elle a réussi à réduire son empreinte carbone de 25 %.

Krystalline Salt fonctionne avec l’un des plus grands systèmes de panneaux solaires industriels du Kenya. Financée par le Japon, cette centrale solaire fournit 1,6 GWh d’électricité propre par an. Il permet à l’entreprise de pallier l’instabilité d’approvisionnement du réseau local. Ceci est extrêmement bénéfique pour Krystalline car, comme le dit son directeur général Dinesh Shikotra, la stabilité de l’alimentation électrique est leur principal défi. « Nous pouvons subir jusqu’à cinq coupures d’électricité par jour et cela perturbe notre production. Au final, nous ne sommes pas en mesure de faire face à la demande », ajoute-t-il.

L’approvisionnement instable du réseau a contraint l’entreprise à investir dans des générateurs polluants et coûteux jusqu’en 2016, date de la construction de la centrale solaire. Shikotra décrit l’exploitation de l’énergie solaire comme un rêve devenu réalité pour l’entreprise.

Cela a été rendu possible par le mécanisme de crédit conjoint qui est un système bilatéral de coopération entre le Japon et 17 pays en développement. Ce mécanisme de marché du carbone de 2013 est aligné sur l’article 6 de l’Accord de Paris de 2015. Il permet au Japon de partager ses technologies et ses ressources facilitant la neutralité carbone dans le monde entier.

Anne Nyatichi Omambia est responsable de la conformité et coordinatrice du changement climatique pour l’Autorité nationale de gestion de l’environnement (NEMA). Elle dit que le Mécanisme conjoint de crédit « fonctionne à travers le soutien de projets de développement à faible émission de carbone, par le transfert de technologies et l’amélioration des compétences techniques. C’est l’un des moyens par lesquels les acteurs du secteur privé et même le gouvernement peuvent parvenir à un développement à faible émission de carbone, en même temps soutenant le processus de croissance industrielle. »

La centrale solaire de Krystalline Salt a permis à l’entreprise d’augmenter sa capacité de production et d’économiser sur sa facture d’électricité. Selon Shikotra, depuis la création de la centrale électrique, ils ont économisé environ 5 000 tonnes d’émissions de carbone et créé plus d’emplois dans la communauté locale. Une partie de leur épargne est également investie dans l’action sociale, comme les bourses d’études.

Eclairer les zones rurales
Au cœur de la région Masai, un autre projet utilisant l’expertise du Japon en matière d’énergie propre change également la vie des gens.

David Nkurruna, un élève de 15 ans, vit dans un village isolé hors réseau de cette région. Sa lanterne solaire lui permet d’étudier chez lui la nuit. Il fait partie d’un projet créé par le géant japonais de la technologie, Panasonic, appelé « Light Up The Future ».

David nous dit qu’avant de recevoir la lanterne, il utilisait du bois de chauffage et des lampes à pétrole, ce qui rendait l’étude très difficile à cause de la fumée. « Quand nous avons eu ces lumières, mes notes ont augmenté parce que je pouvais bien étudier », explique-t-il.

350 élèves du primaire ont chacun reçu une lanterne solaire à l’école Ilkimati. L’objectif est de réduire les abandons et d’améliorer les performances scolaires. Lawrence Nzai, un responsable de projet pour World Vision Kenya, nous dit qu’ils ont amélioré le taux d’inscription à l’école mais aussi l’assiduité. C’est parce que les enfants qui ne faisaient pas leurs devoirs pensaient qu’ils seraient punis et qu’ils ne viendraient donc pas à l’école. Dans le cadre du projet, l’école a également été équipée de panneaux solaires et a pu augmenter le nombre de cours. Chaque soir, les élèves ont maintenant une leçon et ensuite ils rentrent chez eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.