L'univers de la réalité virtuelle dévoilé

L’univers de la réalité virtuelle dévoilé

Moins de 600 personnes, sur les milliards de la Terre, ont voyagé dans l’espace jusqu’à présent. Il est donc probable que vous n’ayez pas personnellement l’occasion de visiter la Station spatiale internationale ou, disons, Mars. Et aucun d’entre nous ne voyagera aussi loin qu’une autre galaxie, ou assez loin dans l’espace (et donc assez loin dans le temps) pour assister à l’univers primitif, ou même au Big Bang lui-même. Mais maintenant, vous pouvez faire toutes ces choses virtuellement.

Cette semaine (12 octobre 2021), des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse ont publié une version bêta de leur projet d’univers de réalité virtuelle, qu’ils appellent VIRUP. Son logiciel bêta open source contient ce que ces scientifiques disent être le plus grand ensemble de données de l’univers.

L’équipe a utilisé ces données pour créer des paysages panoramiques en 3D de l’espace que vous pouvez survoler, si vous avez le bon équipement. Une remarque : la version bêta ne peut pas encore fonctionner sur un ordinateur Mac.

Projet d’univers de réalité virtuelle

Vous pouvez visualiser cette carte gratuite de l’univers avec un équipement de réalité virtuelle ou des lunettes 3D, sur des écrans dôme de type planétarium, ou sur votre écran d’ordinateur ou de télévision habituel pour une vue standard. À partir des données, les chercheurs ont créé un film de 20 minutes, Archéologie de la lumière : un voyage immersif à travers l’espace et le temps, que vous pouvez regarder ci-dessous. Vous pouvez également l’afficher dans votre choix de 4K, VR180 ou 360 degrés. Dans la vidéo, le modèle 3D détaillé de l’univers commence sur Terre et voyage à travers notre système solaire jusqu’à la Voie lactée, puis jusqu’à la toile cosmique et à la lumière relique du Big Bang.

Les sources de la carte de l’univers de la réalité virtuelle

Les algorithmes informatiques utilisés pour créer le projet d’univers de réalité virtuelle tirent des téraoctets de données – un téraoctet correspond à environ un billion d’octets de données – recueillies à partir de télescopes du monde entier. L’objectif est de produire des images de l’ensemble de l’univers observable. Le membre de l’équipe Jean-Paul Kneib a déclaré dans un communiqué :

La nouveauté de ce projet était de regrouper tous les ensembles de données disponibles dans un seul cadre, lorsque vous pouvez voir l’univers à différentes échelles – près de nous, autour de la Terre, autour du système solaire, au niveau de la Voie lactée, pour voir à travers l’univers et le temps jusqu’au début – ce que nous appelons le Big Bang.

Ils ont rassemblé des informations à partir de huit bases de données qui incluent les 4 500 exoplanètes connues et des dizaines de millions de galaxies. VIRUP utilise des données provenant d’une grande variété de sources, notamment le Sloan Digital Sky Survey, la mission Gaia, la mission Planck et plus encore.

La carte est encore un travail en cours. À l’avenir, l’équipe prévoit d’ajouter des bases de données contenant des astéroïdes, des nébuleuses, des pulsars et d’autres objets spatiaux. Lorsque le Square Kilometer Array sera mis en ligne en 2029, il inclura à terme des données pouvant être comptées en pétaoctets (1 000 téraoctets ou 1 million de gigaoctets). Yves Revaz de l’EPFL a déclaré :

Une partie très importante de ce projet est qu’il s’agit d’un premier pas vers le traitement d’ensembles de données beaucoup plus volumineux à venir.

Pour les scientifiques et le public

Les chercheurs espèrent que leur projet d’univers de réalité virtuelle sera utile à tous ceux qui souhaitent voir l’univers sous un jour différent. Le logiciel est disponible gratuitement, et le public curieux et les scientifiques qui font des recherches peuvent trouver que s’immerger dans notre cosmos est un outil utile. Kneib a dit :

En fait, nous avons commencé ce projet parce que je travaillais sur un projet de cartographie en trois dimensions de l’univers et j’étais toujours un peu frustré par la visualisation 2D sur mon écran, qui n’était pas très significative. C’est vrai qu’en montrant l’univers en 3D, en montrant ces filaments, en montrant ces amas de galaxies qui sont de grandes concentrations de matière, on se rend vraiment compte de ce qu’est l’univers.

Conclusion : les chercheurs ont amassé des téraoctets de données à partir d’une multitude de télescopes pour créer le Virtual Reality Universe Project, une carte de notre cosmos.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *