Prévention de la mort cellulaire spécifique, outil probable pour contrecarrer la polyarthrite rhumatoïde

Prévention de la mort cellulaire spécifique, outil probable pour contrecarrer la polyarthrite rhumatoïde

Une étude récente chez la souris a révélé que le mécanisme de mort d’une cellule particulière peut provoquer la polyarthrite rhumatoïde. Les chercheurs ont déclaré que mettre un terme à ce mécanisme peut empêcher les gens de cette condition.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune incessante qui se caractérise en outre par une raideur et une douleur dans les articulations en raison de l’inflammation à l’intérieur de la paroi des articulations. Les facteurs de risque les plus courants impliqués dans la maladie de PR sont l’âge (personnes âgées de plus de 60 ans), le sexe (il est plus important chez les femmes) et l’expression de gènes spécifiques.

L’Arthritis Foundation a révélé qu’aux États-Unis, jusqu’à 54 millions d’adultes ont reçu un diagnostic d’arthrite. Une autre donnée montre que l’effet de la PR est d’environ 1 % de la population mondiale. Alors que cette maladie se propage, les scientifiques ne disposent pas de suffisamment d’informations sur les causes réelles de la maladie, ce qui a conclu que même les médecins ont du mal à trouver une solution efficace à cette maladie.

Pour la maladie auto-inflammatoire, récemment, les équipes de divers instituts de recherche comme l’institut VIB, l’université de Gand, l’université de Cologne, l’université de Tokyo, etc., ont travaillé sur des modèles murins pour trouver des solutions.

Ces équipes ont mené une étude sur le mécanisme clé de la cause et de la prévention de la polyarthrite rhumatoïde. Ce récent rapport va jouer un rôle important dans la recherche de solutions aux maladies causées par des conditions inflammatoires. Les scientifiques ont déclaré que garder ce mécanisme comme cible aidera à trouver une solution aux problèmes dus à cette maladie.

Après des recherches plus précises effectuées par des scientifiques, un nouveau rapport est arrivé, qui révèle que la protéine A20 peut prévenir l’inflammation provoquant des articulations et arrêter la propagation de l’arthrite. Les chercheurs ont expliqué que le mauvais fonctionnement de l’A20 est à l’origine de maladies inflammatoires et d’inflammations chez l’homme et la souris.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.