Signalisation de la douleur chez l’humanité plus rapide que ce qui était connu auparavant

Les signaux de douleur peuvent circuler aussi rapidement que les signaux tactiles, selon une nouvelle recherche menée par des scientifiques du Royaume-Uni à l’Université John Moores de Liverpool, en Suède à l’Université de Linköping et aux États-Unis aux National Institutes of Health (NIH). La découverte d’un système de signalisation rapide de la douleur remet en question notre connaissance actuelle de la douleur. La recherche est publiée dans la revue scientifique Science Advances.

Jusqu’à présent, on pensait que les signaux nerveux de la douleur étaient toujours exécutés plus lentement que ceux du toucher. Ces derniers signaux, qui nous permettent de décider où nous sommes touchés, sont effectués par des nerfs qui ont une gaine de myéline grasse qui protège le nerf. Les nerfs recouverts de graisse de myéline émettent des signaux plus rapidement que les nerfs non myélinisés. Au contraire, on pense que la signalisation de la douleur chez les personnes est considérablement plus lente et effectuée par des nerfs qui n’ont qu’une mince couche de myéline.

Chez les mammifères et les singes, une partie du réseau de signalisation de la douleur peut également produire des signaux nerveux aussi rapidement que le réseau qui signale le toucher. Les chercheurs se sont demandé si un tel système était également présent chez l’homme. « La capacité de ressentir la douleur est importante pour notre survie, alors pourquoi notre système de signalisation de la douleur doit-il être si lent par rapport au système utilisé pour le toucher ? » questionne Saad Nagi aux médias.

Dans le même ordre d’idées, dans une étude de recherche en milieu scolaire menée auprès de tous les candidats de 10e, 8e et 6e années en Islande, l’emploi d’analgésiques était considérablement plus fréquent chez les élèves victimes d’intimidation, même lorsqu’ils gèrent le niveau de douleur qu’ils ressentent. comme le sexe, l’âge et le statut socio-économique. La recherche est publiée dans Acta Paediatrica. Au total, 10 390 élèves ont terminé des études anonymes et répondu à des questions sur la douleur, le harcèlement et l’utilisation d’analgésiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.